OCTOBRE – Le Karaoké Live – 25.10.18

Parce qu’à Django, on ne fait pas que des concerts, je vous présente un autre de nos formats : le QuartierLibre – tu viens, tu donnes ce que tu veux/peux (le principe du prix libre) et en plus de ça, tu participes. On a déjà eu des Jam Session mémorables, des Soultrain d’anthologie, et et et, les Karaoké Live.

 

Comme un karaoké, mais tu chantes sur scène. Easy peasy.

 

 

La difficulté avec ce genre de soirées, c’est qu’on ne sait jamais à l’avance si il va y avoir du monde ou non.

Verdict : c’était super cool. Mais attendez que je reprenne mes notes, parce que ça commence déjà à dater un peu.

Ah oui !

On a commencé par aller faire les courses à Metro ! De grosses grosses courses comme on les aime, avec un bar et des loges à remplir pour lepluslongtempspossiblesipossible.
Secondée de mes deux colosses-porteurs (j’ai nommé, Zoé et Ophélie, nos volontaires en service civique, 90kgs et 3m à elles deux), on est allées jusqu’aux HALLES pour récupérer le Citiz (ouais nan, la voiture de fonction c’est pas pour tout de suite), avant de REVENIR à Django pour charger les bouteilles consignées à rendre.

 

 

Ensuite on a trimballé 12 tonnes de bouffe et de boisson, on a chargé le Kangoo de manière magistrale (ouuuh, ce paquet de cookies emboîté à la perfection dans une caisse de Meteor… Hmmm, ce bocal d’huile de coco glissé entre le siège et les packs de Coca… une vraie session d’ASMR en live). On est ensuite allées acheter 2/3 bricoles supplémentaires et… Ah.

On est restées bloquées en caisse parce que la CB marchait plus.

Merveilleux.

Meeeeerveilleux

 

J’ai eu l’impression d’avoir 16 ans et de gérer une asso étudiante – hyper crédible, la meuf en sweat-baskets dont la carte ne passe pas. Meeeeeeeerveilleux. Allez, on a tellement fait pitié à la caissière qu’elle a fini par accepter le règlement par virement différé. Bon.

On continue ?

Je vous le fais en accéléré : j’ai fait une petite interview de Baya, que vous pouvez dès à présent retrouver dans mes chroniques, le lave-vaisselle et l’évier bouché ont inondé la cuisine, de très jolies prestas sur scène, de « Zombie » des Cranberries à « Mon amant de St Jean »  ou l’incontournable « Il jouait du piano debout »  et je peux vous dire que c’était le feu à l’intérieur. Ouais, y’a de l’ambiance au Soultrain, mais venez un peu voir le parquet de danse qu’on aligne sur nos soirées Karaoké !

On a fini la soirée comme il se devait, vaisselle à la main comme au bon vieux temps et du Diane Tell (aaahhh, je viiiiiibre) à donf.

Ouais, c’est décidément vraiment wild les musiques actuelles.

 

Allez, encore un dernier article et on aura fait le tour des concerts d’octobre ! Je vous poste ça très vite !