TOUS AU MOLO(CO) !

© Samuel Coulon

Le 16 décembre dernier, l’équipe Django s’est rendue dans le Pays de Montbéliard, à Audincourt, pour rencontrer l’équipe du Moloco, cette salle de concert labellisée SMAC (Scène de Musiques Actuelles) en 2014. Cette belle journée a démarré par une visite du lieu, suivie d’un échange sur nos projets respectifs, avant une série d’ateliers pour analyser nos fonctionnements, nos réussites, nos difficultés… Une façon pour nous tous de se poser, se penser, collectivement et faire évoluer à la fois nos intentions et nos pratiques. David Demange, directeur et programmateur du Moloco, revient avec nous sur ce moment partagé.

 

Merci David, à toi et ton équipe, pour cet accueil des plus chaleureux ! Ce n’est pas toujours facile de prendre du temps
pour réfléchir entre équipes. On en perçoit mal l’intérêt, d’autant que le quotidien nous rattrape souvent… Vous participez régulièrement à ce genre de rencontres ?
Merci à vous d’être venus jusqu’à nous ! Pour répondre à ta question, le Moloco participe activement au travail de réseau tant à l’échelle régionale (la FEMA pour la Bourgogne Franche- Comté) qu’à l’échelle nationale (FEDELIMA, SMA…), mais ces rencontres ne concernent généralement qu’une petite partie de notre équipe, la plupart du temps l’équipe de direction. On a donc
été particulièrement ravis de votre visite car ça nous a permis de mobiliser toute l’équipe du Moloco (11 salariés) pour cette rencontre inter-équipes qui a été très enrichissante. On est pris constamment par le tourbillon de l’activité, car comme de nombreuses SMAC, on porte un gros volume d’activité avec une petite équipe. C’est donc très appréciable de pouvoir lever la tête le temps d’une journée et d’échanger sur nos pratiques et nos enjeux.

Peux-tu nous parler du Moloco, les grandes lignes de votre projet, son histoire, ses particularités ?
Le Moloco a ouvert ses portes en septembre 2012 sur le site d’un ancien cinéma à Audincourt, près de Montbéliard. Il est né de l’initiative croisée du tissu associatif local et de la collectivité (Pays de Montbéliard Agglomération). Nous sommes labellisés Scène de Musiques Actuelles par le Ministère de la Culture depuis 2014 (avec un renouvellement du label en 2018 pour 4 ans). On déploie notre action dans les 72 communes du Pays de Montbéliard (140 000 habitants) et à une échelle plus large au sein du Nord Franche-Comté. Cette aire urbaine de 300 000 habitants rassemble le Pays de Montbéliard, le Territoire de Belfort et le Pays d’Héricourt, et c’est là notre terrain de jeu principal. Comme vous à Django, l’action du Moloco s’articule autour des questions de diffusion/programmation, d’accompagnement de la scène locale et régionale, et d’action culturelle territoriale avec les habitants. On touche chaque année près de 25 000 personnes et on organise environ 120 évènements (concerts, formations, conférences,…). Si je devais donner quelques particularités propres au Moloco, je dirais qu’on défend « une culture du lien plus qu’une culture du lieu ». On base beaucoup notre action sur la coopération avec les autres. Ceci est particulièrement visible dans nos actions culturelles mais aussi en matière de diffusion car les associations locales ont une grande place dans la construction de la programmation chez nous. On a aussi bâti des partenariats structurants avec certains acteurs culturels comme la Poudrière de Belfort ou le Conservatoire du Pays de Montbéliard. Avec ce dernier, on porte de nombreux projets de création, les « Made in Moloco », qui mêlent musiciens amateurs et professionnels et qui créent des ponts entre musiques dites « savantes » et musiques dites « populaires ». On co-pilote par ailleurs trois temps forts collaboratifs : le festival Génériq, le festival transfrontalier Impetus et le Keep the Faith Weekender.

Au fil de la journée, on a pu prendre conscience de nos nombreux points communs, avec cette même ambition du lien au territoire, aux gens, aux artistes, cette volonté de défendre l’intérêt général dans toute sa diversité et les coopérations à plusieurs échelles. C’est ça le « service public musical » ? Un engagement durable d’un contexte à l’autre ?
Même si nos contextes territoriaux sont différents, celui du quartier urbain pour vous, celui de l’articulation entre des villes ouvrières en reconversion et la ruralité pour nous, on s‘aperçoit que nos enjeux de fond se rejoignent. Il y a bien une universalité dans notre engagement : celui de défendre la diversité culturelle et de créer des temps partagés qui favorisent le lien social, l’émancipation individuelle et collective, et le vivre- ensemble. Je trouve aussi qu’on a le même souci de travailler non pas pour
un public mais pour une population dans son ensemble.

Nous nous sommes présentés quelques-unes de nos actions phares. Les concerts cachés, les récrés artistiques, notre nouvelle gazette côté Django. Les créations « made in Moloco », les résidences territoriales d’action culturelle, les chroniques musicales côté Moloco. Qu’en as-tu retiré ?
On en a retiré plein de bonnes choses car vous avez de super idées ! On va peut-être même vous en piquer une ou deux !!! Je pense notamment aux concerts cachés… Au-delà des questions de communication, ces concepts forts symbolisent les valeurs de nos projets, axés sur la découverte et le partage. J’ai vraiment senti qu’on avait une philosophie proche entre le Moloco et l’Espace Django même si nos territoires et nos structures sont très différents.

On a pu remarquer aussi, malgré une organisation propre à chacun de nos deux lieux, l’importance des équipes pour mettre en mouvement un projet. De vrais soldats nos collègues ?
Pas des soldats mais bien des collègues avant tout. Sans eux rien ne serait possible. Chacun a un rôle important pour que
le tout fonctionne. J’ai toujours pensé que les vraies richesses de nos structures, ce sont d’abord leurs ressources humaines, que ce soit les équipes salariées permanentes, les techniciens intermittents, les vacataires et les bénévoles. C’est un enjeu permanent de faire en sorte que chacun trouve sa place et se sente bien dans la conduite de ses missions. Pour cela, je crois essentiel que le projet de la structure soit partagé par tous. C’est pourquoi au Moloco on a choisi de mettre en place des temps participatifs comme par exemple des séminaires internes annuels avec l’équipe, des forums participatifs avec les usagers animés par l’équipe, une carte blanche pour une soirée donnée chaque année à nos bénévoles,…

A la fin de cette folle journée, vous nous avez gentiment invités à découvrir le Marché de Noël de Montbéliard. L’occasion aussi de rencontrer l’équipe du Tétris, cette autre SMAC située au Havre, venue au Moloco pour son séminaire annuel. Trois lieux, trois équipes, réunies sur un toit-terrasse un soir de décembre autour de bons produits locaux. Elle est pas belle la famille des musiques actuelles ?
Ce fut un super moment ! Une belle coïncidence aussi. On avait fait notre séminaire au Tétris il y a deux ans et la SMAC du Havre nous avait fait l’honneur d’organiser une soirée « Bienvenue Montbéliard » avec les groupes Hellbats et Dudy. On a donc naturellement rendu la pareille en proposant à nos collègues normands de venir faire leur séminaire chez nous et d’organiser le match retour avec une soirée « Bienvenue Le Havre » au Moloco. Par pur hasard, ils ont choisi des dates qui collaient avec votre venue. On en a donc profité pour organiser ce moment convivial qui réunissait trois équipes soit près de 30 personnes !
Ce fut aussi l’occasion de vous faire découvrir le très beau marché de Noël de Montbéliard, qui rivalise plutôt bien avec celui de Strasbourg n’est-ce pas ?