FEVRIER – THE HOT 8 BRASS BAND + NHF ORCHESTRA – 05.02.19

Hop hop hop, pas l’temp d’niaiser à Django, on enchaîne avec les dates de février.

Mardi dernier (yiiik, déjà une semaine !) on accueillait le Fabulous and Legendary Hot 8 Brass Band.

Ouais, okay, c’est moi qui ait rajouté les adjectifs.

On a reçu le Hot 8 Brass Band, ou Hot 8 BB comme j’aime à l’appeler (dans ma tête, de moi à moi, puisqu’objectivement, tout le monde s’en contrefiche de la manière dont j’appelle un groupe de musique, quel qu’il soit) ce groupe de fanfare de la Nouvelle-Orléans qui… PARDON ? De FANFARE ?

Oui, moi aussi j’ai visualisé les rougeauds alsaciens en costume traditionnel qui se vident les poumons dans des cor de chasse ou autre gros truc en cuivre plein de tuyaux (j’ai un doctorat en noms d’instruments, vous étonnez pas).

Mais non, là c’était une fanfare « à l’américaine ». Comprenez : des gros bonhommes impressionnants en maillots de basket avec des vidéos youtube qui en jettent et des reprises de standards super funky.

 

 

On s’attendait à un beau show à l’américaine, à un beau complet, mais vu que maintenant on sait faire et que je sais qu’on sait faire, on y allait sereins.
De toute manière, faut que je me fasse à l’idée : stresser avant un complet, c’est comme Pierre qui essaie de calmer un bébé qui hurle : pas très efficace.

(Oui cette référence est directement tirée de la réalité vraie, ou lorsque Pierre a tenté de raisonner un bout d’chou de 1 an qui s’époumonait dans la couloir – et malgré les arguments absolument sensés d’El Director, le gosse n’en a que plus écarquillé les yeux avant de hurler de plus belle).

 

 

Enfin bon, maintenant que la plupart des anciens nouveaux bénévoles sont devenus de nouveaux anciens bénévoles, j’ai plus qu’à ouvrir les portes et les laisser s’affairer dans tous les sens et ça c’était plutôt pas mal, parce qu’on était nombreux ce soir-là.

Nombreux comme une dizaine de membres d’équipe, une dizaine de bébénévoles, une vingtaine d’ados du NHF Orchestra qui assuraient la première partie, ah, et une dizaine de gens pour un Face A Face B que Mourad devait accueillir, juste avant d’aller tomber en panne de l’autre côté du Neuhof, pour le sport.

Autant dire que si je pensais avoir loupé ma vocation de cantinière de colonie de vacances, j’ai pu tester le métier et bon bah, nan, c’était pas fait pour moi.

 

 

Sinon, le concert… Eh ben ça a pas loupé, le Hot 8 nous a gratifié de ce genre de show-sauna qui vide le hall parce que c’est trop bon, même si la température en interne frôle les 75 degrés et 80% d’humidité, un peu comme pour la date de Zapp Band, pour ne citer qu’eux !

Enfin bon, tout ça pour dire que c’était magistral et efficace sur tous les plans, que le Hot 8 a adoré notre cocktail maison et l’ambiance de notre salle, et qu’on a conclu cette soirée de bonnes vibes absolues sur une vaisselle au son de Tshegue, et merci. Merci merci.

C’était trop beau.