Concert

Sofiane Saidi & Mazalda

Samedi. 7.04 - 20h30

« Plongée rock fiévreuse dans le raï des eighties, avec synthés en grande pompe, groove psychédélique, rythmes trépidants de mbalax sénégalais ou de transe gnaouie, et la voix grave, âpre et abrasive du chaleureux Sofiane Saidi. »
Anne Berthod – Télérama

Der algerische Sänger Sofiane Saidi, der von Radio Nova den Spitznamen „Prinz des Raï 2.0“ verliehen bekam, interpretiert maghrebinische Elektromusik neu, indem er orientalische Klänge und urbane Trends mit der energiegeladenen Musik von Mazalda mischt. Analoge Synthesizer, Saz und Blechbläser spornen rhythmisch zum Tanz an. Die Phrasierung des Mezwed und der Gasba-Flöte gesellt sich um einen Darbuka-Spieler aus den Tiefen des Raï, der so explosiv wie Lava ist.

Ouverture des portes : 20h
Début du concert : 20h30
Prévente
(hors frais éventuels de location) : 15€ (tarif plein), 10€ (tarif réduit), 6 € (tarif spécial)
Caisse du soir (dans la limite des places disponibles) : 18€ (tarif plein), 13€ (tarif réduit), 6 € (tarif spécial)

Plus d’infos sur les tarifs et abonnement

SOFIANE SAIDI & MAZALDA (France – Algérie/Raï – Electro)

Une nouvelle vision électro-maghrébine portée par le chanteur algérien Sofiane Saidi, « Prince du Raï 2.0 » selon Radio Nova, mêlant science orientale et urgence contemporaine, avec le son vivant et foisonnant de Mazalda : synthétiseurs analogiques, saz et cuivres nourris aux phrasés du mezoued, de la gasbah et une rythmique ultra-dansante articulée autour d’un drabki venu des profondeurs du Raï, comme un puits où descendre de plus en plus profond, jusqu’à la lave.

Ils ont pris en main le destin du raï 2.0, entre sensualité orientale et énergie groove teintée de psyché, au coeur de la piste de transe. « Sofiane, quand on t’a vu, tu ressemblais à un volcan. Dans lequel on s’est jeté. » Dès leur premier échange, les musiciens de Mazalda furent happés par le chant enivrant de Sofiane Saidi, dont la voix rauque et soul redonne au raï ses lettres de noblesse. Deux ans plus tard, cette union entre le natif de Sidi Bel Abbes et le gang des Lyonnais trafiqueurs de sons aboutit à El Ndjoum (l’étoile), un album qui rallume la flamme en régénérant par ses racines une musique dont l’ADN demeure intact, fait d’énergie émancipatrice, d’esprit rebelle, d’ivresse et du souffle chaud de l’amour. Sortie le 30 mars 2018.

Vidéos


Partenaire média

FIP Strasbourg

HAUT