OCTOBRE – 1. Les concerts du mois – l’Entourloop & Altin Gün

 

Samedi 09.10, c’était l’Entourloop. (… L’entourloop ? L’Entourloop ? Où est-ce qu’on met la majuscule ? Les majuscules ?? Goddammit, ça commence bien).

 

Ouais, bon, du coup c’était cool, parce qu’on était complet.

« Haaaan, mais c’est complet, genre, vous avez plus du tout de place ? Maiiis, euuuh, c’est à dire que je fais comment pour trouver un billet ? Y’a plus du tout plus du tout moyen deeee… Nan parce que j’avais vraiiiment envie de venir mais euh, non j’avais pas pris mon billet alors qu’il est 16h et qu’on est le jour même, oui, d’accord mais moi et ma copine on avait vraiment trop hâte ohlàlà, qu’est-ce que c’est dommage quand même… Donc vraiment, complet complet quoi…. ? »

… euh, hm, et puis c’était la première date de la saison et j’avais pleiiin de petits nouveauuuuuux dans mon équipe de bénévoles !

Pour les non-initiés, sachez que si les portes ouvrent à 20h, nous, les petites fourmis des coulisses, on commence à bosser aux alentours de 17h. Y’a des tas de trucs à installer, à préparer, mais ça, vous allez vite vous en rendre compte si vous lisez les bêtises que je compte vous relater ici.

Déjà, pour info, on a refait tout notre hall cet été : on est passé d’une petite boîte à chaussure ambiance gymnase à un beaaaau et graaaand bar que j’aaaaaime, parce que c’est là où je passe les huit dixièmes de mon temps pendant les concerts – enfin, du coup, pendant ces travaux, on a dû emmener nos belles plantes (que dis-je, MES belles plantes !) en pension à la Médiathèque, avec qui on partage nos locaux. Et… Comment dire ? Elles étaient vraiment en manque de mon amour maternel. Parce que c’était plutôt une vieille batavia cuite qu’une majestueuse Monstera qu’on a rapatrié dans le hall.

Malgré mon petit coeur tout serré de voir mes bébés plantes tristounes, j’ai reçu mes bénévoles à 17h et des poussières, je leur ai fait fairelavisitedulieusignerlaconventionrevêtirletshirt jaunedelasaison, et je les ai fait courir partout derrière moi en leur balançant plein d’infos à la figure, et je me sentais comme une maman canard super fière et aussi un peu stressée, et plus l’heure tournait plus je ressemblais à ça.
En plus d’être assommés d’infos, on était 50 à manger au catering, et du coup mes petits canards sont passés en premier : paie ton repas à 18h, trop rock’n roll la vie dans les musiques actuelles.
Ah oui, le catering. On aime bien utiliser des mots anglais de partout. C’est rien que le repas du soir fourni par l’organisation. Des fois c’est des sandwichs au pain, des fois c’est cuisinier particulier, tout dépend des moyens de chaque structure. Nous, on la joue traiteur du quartier avec les Hirondelles.

19h45, j’éparpille tout le monde à son poste, aussi prête qu’on peut l’être pour une première date de saison.

Après il était 01h.

Non en vrai, je pourrais pas vous dire grand’ chose de ce qui s’est passé. L’Entourloop a retourné le public et le public a retourné le bar. Qui se souvient de la date de Pharcyde ? Et Arrested Development ? On avait sué du sang et de la bière par les yeux et les oreilles, et on avait écoulé une très belle quantité de fûts par rapport à la moyenne, un record sur les 3 dernières années.

Bah là on a quasi doublé le record.

Voilà voilà.

Je pourrai terminer mon récap’ ici, parce que c’était une manière de vous dire qu’on a pas pu faire grand-chose d’autre que de servir des verres, mais pour info on a éclaté mon stock bar prévu pour le trimestre.

Voilà voilà. 

 

 

Bon sinon, quoi, mes petits nouveaux ont tenu le coup comme des chefs, ils ont pas bronché et ont même gardé le sourire. Y’a des gars qui sont venue de Savoie pour le concert (sans billets) (nan mais les gars sérieux ?).

Je suis ressortie de là comme ça et très fière de mon équipe, parce qu’ils sont restés hyper dispos et souriants comme je le leur avais demandé.

J’ai bu ma première bière de la soirée à 01h et des poussières, je suis montée chercher mes affaires à 02h et là, en m’asseyant devant mon bureau, j’ai vraiment eu envie d’écrire mon récap’… Après je me suis rappelée qu’il était juste l’heure d’aller dormir, en fait.

L’Entourloop, c’était comme ça :

 

 

On y était presque.

 

~

Vendredi le 12.10, c’était Altin Gün.

Pour info, Altin Gün c’était la date coup de coeur de Ben, notre programmateur, qu’il a décidé de faire un peu en coup de poker en se disant que même si on avait 50 personnes dans la salle, ce serait un beau concert. Du coup, on était complet.

Je vais pas vous refaire le même laïus que pour l’Entourloop, mais vous avez compris le topo, hein. 

Sur cette date, j’ai même hérité de la saugrenue et fatidique gratitude exponentielle de me retrouver chargée de l’install’ loge. C’est à dire que j’suis allée acheter du « quality gin and tonic, fresh vegetables, hoummos, preferably mountain cheeses, fairtrade chocolate » et qu’ensuite on a découpé des bâtonnets de carottes et rempli des petits bols de cahuètes.
Ouais nan, ça vend pas plus de rêve que ça en vrai.
Ah et je dis « on » parce que… MAAAUGAAANE est passééééeeee nous voiiiirrr (ça il faut le chanter en ondulant un peu une partie du corps de votre choix – votre propre corps de préférence). Maugane c’est une de nos anciens services civiques ! Si vous allez voir la première chronique, elle est sur la photo.

 

Enfin, même avec ma copine Maugane dans le coin, franchement j’y allais pas méga sereine, parce que je suis une froussarde et que l’Entourloop était un peu restée en travers de la gorge de l’aspirante perfectionniste reloue angoissée que je suis.

J’étais genre comme ça :

« Quand je vais à une soirée et que je commence à agir bizarrement parce que je ne connais personne »
Sur le chien :
« Ne faites pas attention à moi, j’ai peur »

Sauf que je connaissais Everybody, mais c’est pas le sujet. 

Du coup je me suis bloquée touuuuute l’après-midi pour préparer mon bar, avec de la musique super fort, et c’était pas si pire.

Cette fois on a eu un joyeux mélange d’anciens bénévoles dont c’était la première date du trimestre, de nouveaux et la petite équipe de potentiels-futurs-habitués-bénévoles. On a fait la visiiiite, on a fait un brieeeef, tout çaaaa, histoire de faire ça propre, et tout le monde était fier et joyeux et jaune et ça c’était cool.

On a même essayé de faire un tour de présentation équipe Django/bénévoles avant de manger, mais malgré toute notre bonne volonté, on a jamais réussi à ressembler à autre chose qu’à un groupe d’alcooliques anonymes affligés de mutisme profond et de reflux gatro-oesaphagiques acides.

 

 

Ensuite ça s’est plutôt pas trop mal passé, mis à part qu’on a galéré avec un fût et que c’en est sorti en tonnes de mousse pendant un peu trop longtemps mais on a fait face bravement, et le concert avait l’air cool et un moment j’ai même laissé mes bébés canards travailler seuls derrière le bar pendant que je me fumais une clope parce que l’indépendance c’est important.
Ne me dite pas que vous n’avez pas appris à nager vachement plus vite après que vos parents vous aient balancés à la mer pendant vos vacances à Mirabel-les-Pins en 2001.

 

 

Evidemment je suis pas vraaaaiment allée écouter le concert, parce que :

1) c’était complet
2) je fais 1m59,5 alors je vois rien, même quand y’a que 28 personnes dans la salle
3) quand Ben kiffe un groupe, il le KIFFE alors ça fait 6 mois que j’écoute du Altin Gün en boucle – ça loupe pas, les seuls concerts que je finis par vraiment apprécier, c’est ceux auxquels j’adhère pas trop au début, comme quoi, le rabâchage auditif a un effet positif de lessive Mir sur mon cerveau.

Ah mince, j’avais dit que j’abrégeais.

Euh, on a tout bien plié tout bien rangé, tout bien pris le temps de papoter, et on est tout bien partis boire un verre ensuite.

Moi j’étais contente.

Et prête pour la prochaine.

 

JE VOUS RETROUVE DANS UN SECOND ARTICLE POUR VOUS RACONTER LA SUITE DES CONCERTS DU MOIS D’OCTOBRE ! BISOUS LES PINSONS FRITS !