Concert

Mélissa Laveaux + Te Beiyo (reporté)

Jeudi 30.04.20 - 20h30 à 23h30

Lieu : Espace Django, 4 Impasse Kiefer, Strasbourg, France

Bonne nouvelle ! Le concert de Mélissa Laveaux initialement prévu le 30 avril 2020 est reporté au 1er octobre 2020 à l’Espace Django. Les billets restent valables pour la nouvelle date.
Concernant les billets générés par d’autres réseaux (Francebillet ou Ticketmaster), merci de prendre directement contact avec votre point de vente (lieu physique ou service client web).

Nur wer seine Wurzeln kennt, kann wachsen. Musiker lassen oft ihre eigene Geschichte und Geographie in ihre Kunst einfließen, um uns auf musikalische Reisen einzuladen. Von Haiti über Kanada bis nach Frankreich: Mélissa Laveaux schöpft aus mehreren Kontinenten und bietet eine Mischung aus Pop, Rock und Soul, gefärbt von kreolischen Klängen. Te Beyo kommt ebenso von den Antillen, im Gepäck die Sonne von Martinique!

Horaires

Ouverture des portes : 20h

Début du concert : 20h30

Tarifs

Placement libre debout

Préventes (hors frais éventuels de location)

18€ (tarif plein), 13€ (tarif réduit), 6€ (tarif spécial)

Caisse du soir (dans la limite des places disponibles)

20€ (tarif plein), 15€ (tarif réduit), 6€ (tarif spécial)

MÉLISSA LAVEAUX

(France – Canada – Haîti/Pop rock créole)

Originaire d’Haïti, ayant grandi au Canada et vivant aujourd’hui à Paris, Mélissa Laveaux est riche d’influences multiples : après deux albums qui naviguaient entre folk langoureuse et pop percutante, elle célèbre ses racines créoles dans « Radyo Siwèl », un album qui explore et revisite le répertoire traditionnel haïtien.

Ces chants populaires, ces cantiques pastoraux et ces hymnes solennels appartenant aux cultes vaudous et chrétiens. Le « mereng » et le « Bann Grenn Siwèl » aussi, ces orchestres de rue tout en cuivres et percussions, auxquels Mélissa mêle la modernité pop et rock indé qu’on lui connait, pour un résultat lourd et percussif !
Avec son timbre de voix unique, juvénile et sensuel à la fois, Mélissa Laveaux nous rappelle que la musique est un symbole de résistance pour les colonisé-e-s, un cri de ralliement, un moyen d’exister. Elle nous fait découvrir à travers sa musique un petit pays à l’histoire complexe et à l’identité musicale plurielle, entre esclavagisme colonial, culture vaudou et mélanges ethniques.

TE BEIYO

(France – Martinique – Grand Est/Folk – Soul)

Une voix puissante, un chant d’ailleurs aux langues mêlées, un appel au monde pour tenir debout…

Caresses arpégées et souffles d’énergie brute, entre l’engagement de Tracy Chapman, la tendresse sensuelle d’Ayo et les envolées mélancoliques de Lhasa, Te Beiyo nous invite à la lumière de lendemains plus doux.

HAUT