VOLONTAIRES !

Une deuxième « promo » de volontaires en service civique nous a quittés en juin dernier, après 8 mois passés à nos côtés, et avec les mêmes intentions que leurs prédécesseurs : renforcer notre présence sur le quartier, auprès des habitants, des partenaires, pour leur permettre de se saisir toujours davantage de nos actions. Retour avec Ophélie Ayari-Siegler et Zoé Mary sur cette expérience à nos côtés.

Comment se sont passés ces 8 mois à Django, au Neuhof ? Quel était votre rôle ?

Ophélie Ayari-Siegler : Mes 8 mois à Django se sont très bien passés, j’ai découvert un quartier, des habitants, une dynamique. Django, c’est un peu ma famille aujourd’hui. Mon rôle portait sur des missions d’actions culturelles, c’est-à-dire de relais auprès des habitants, de communication et aussi d’accueil lors des concerts, de relation avec nos publics.

Zoé Mary : Super bien ! On y a fait pas mal d’accompagnement d’artistes dans le quartier, sur les différents projets d’action culturelle, et on a fait un peu d’administratif, notamment pour ma part le traitement de nos chers questionnaires, pour apprendre à mieux connaître nos publics, ses attentes, ses satisfactions, nos marges de progression aussi.

Pourquoi avoir demandé un volontariat en service civique ? Ici ?

O. A-S : J’ai voulu faire un volontariat pour pouvoir acquérir une expérience dans le monde de la culture, mais aussi être sûre de ce que je voulais faire dans la vie car j’étais un peu perdue… J’ai changé beaucoup de fois de vœux d’orientation. J’ai opté pour Django car la dimension musiques actuelles, couplé au reste du projet, m’a tout de suite plu.

Z. M. : Pour découvrir le milieu des musiques actuelles et le travail dans une salle de concert, avec un gros focus sur le travail de proximité, avant ma dernière année de Master et le grand bain de la vie active.

Que vous a apporté cette expérience ? Vous en ressortez grandies ?

O. A-S : L’expérience Django ne vous laisse pas intact je pense. Elle m’a permis de prendre plus confiance en moi et dans ce que je suis capable de faire. J’ai fait des rencontres et vécu des moments qui m’ont touché  au plus profond. Bien évidemment, je sors grandie de cette expérience !

Z. M : Taper plus vite que mon ombre les réponses du questionnaire Django qu’on distribue à chaque date ? Non, plus sérieusement, cela m’a surtout apporté une bonne confiance pour aborder tout type de public, dans tout type de situation, pour faire en sorte que tout le monde se sente comme chez soi à Django.

Un projet, une action en particulier vous a marqué plus que les autres ?

O. A-S : Le choix est compliqué et très honnêtement, il y a plus d’une fois où j’ai eu des frissons, le cœur qui battait fort de bonheur, des étoiles dans les yeux et même la larme à l’œil.

Z. M. : Le théâtre-forum sur la parentalité avec la compagnie Ochisor et le Centre Social et Culturel du Neuhof dans les différentes antennes du quartier. Nous avons mené une petite dizaine de séances sur l’année, et c’était à chaque fois un moment de rencontre très privilégié avec les parents présents, très intéressés par les sujets abordés. On en a tiré une belle relation de confiance, j’espère qu’elle continuera !

Et le Neuhof, ses habitants, son tissu associatif, qu’en avez-vous pensé ?

O. A-S : J’ai découvert le quartier en même temps que je découvrais Django. C’est un quartier où il se passe énormément de choses, dont les habitants de Strasbourg en général n’ont pas forcément conscience. L’image négative que l’on peut avoir du quartier n’est pas la réalité, les habitants sont
chaleureux et géniaux quand on apprend à les connaître.

Z. M. : C’est un quartier très riche, très intéressant, il s’y passe énormément de choses tout le temps… On a eu la chance d’arriver dans les lieux avec des propositions d’artistes qui ont toujours très bien marché : les étoiles dans les yeux de notre public en permanence, il n’y a rien de mieux !

Un message pour nos prochains volontaires ?

O. A-S : Profitez de chaque instant à Django et au Neuhof car le temps passe vite. Prenez soin de la team Django !

Z. M. : On a souvent un emploi du temps intense et certains de nos dimanches sont passés à faire du popcorn pour le CinéDjango, mais c’est
un terrain parfait pour apprendre beaucoup en un an, et c’est toujours dans la bonne humeur. En plus, il y a toujours plein de choses à manger dans le frigo… Miam !