TRAM « C COMME CULTURE »

Le samedi 21 septembre, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine et de notre ouverture de saison, six structures culturelles strasbourgeoises, riveraines de la ligne C, s’associent pour proposer des impromptus artistiques au sein d’une rame dédiée et agrémenter ainsi le parcours des usagers. Amandine Carré-Charter, directrice relation client et communication de la CTS, nous en dit un peu plus sur cette opération originale baptisée « Tram C comme Culture ».

L’année dernière, nous vous avons contactés avec cette envie un peu folle d’insérer l’art sur la ligne C. L’occasion d’aller à la rencontre de vos usagers et de renouveler l’expérience du voyage en tram. Sur le moment, qu’avez-vous pensé de cette démarche ?

La CTS et l’art ont, de longue date, une « relation » étroite. Celle- ci s’est exprimée de multiples manières et sous différentes formes. Mais jamais encore n’avaient eu lieu des impromptus artistiques à bord d’un tram ! Cette démarche nous a naturellement intéressés. Pour autant, il fallait que la proposition des partenaires culturels tienne compte des exigences commerciales et d’exploitation de la CTS afin que nous puissions y donner suite. Nous avons donc co-construit tous ensemble cet événement inédit afin qu’il puisse se concrétiser.

Tout s’est accéléré le jour J… Comment avez-vous vécu ce moment d’improvisation où les artistes se lancent devant des personnes peu habituées à ce type de performances dans le tram ?

Il y a forcément toujours une part d’appréhension face à l’inconnu. Mais dès le premier impromptu, nous
avons tous perçu le bel effet de surprise produit sur les passagers, au travers de leurs sourires, de leurs regards et de leurs oreilles attentives pour écouter chacune des séquences proposées. Certains clients ont même chanté avec les artistes ou dansé ! D’autres ont sorti leur téléphone pour prendre photos et vidéos. Notre intention commune était d’offrir aux clients présents dans le tram un moment artistique de découverte et de plaisir. Nous avons tous été heureux et satisfaits de voir que l’événement avait vraiment créé l’étonnement et l’engouement, quel que soit le profil des usagers présents.

Avez-vous eu des retours des usagers ?

Au-delà de ce que nous avons constaté sur le moment, les avis se sont aussi beaucoup exprimés sur les réseaux sociaux. Tous les commentaires publiés ont été vraiment positifs et ont salué l’initiative.

Cette année, nous reconduisons avec joie l’opération. Quelles sont les structures culturelles qui y prennent part ?

Les cinq mêmes partenaires que l’an dernier : l’Espace Django, à l’initiative de cette belle opération, l’Opéra national du Rhin, le Théâtre National de Strasbourg, le Shadok avec la Longevity Music School et l’hôtel Graffalgar. Tous ont la particularité de jalonner la ligne C, depuis la gare jusqu’à l’arrêt Rodolphe Reuss au Neuhof. Sachant que cette année, un sixième partenaire a rejoint la bande, le festival Musica.

Comment s’est construite la « programmation » ?

Chacun des partenaires tient compte des spécificités de cette action pour proposer des impromptus adaptés. Un happening de 5 minutes, qui puisse parler au maximum d’usagers du tram, sans perturber les flux. Un vrai travail de dentelle, qui prend plusieurs formes cette année : du hip-hop avec le groupe La Bergerie, des airs d’opéra avec entre autres « O sole mio », une courte pièce pour corps, voix et objets intitulée « Situations », de l’électro avec La Moral et Panda Machine, ou encore des extraits de l’Odyssée d’Homère. Sans oublier cette carte postale proposée par le Graffalgar et offerte aux usagers, qui agit comme une belle trace de l’opération.

Bilan positif donc ? Au point de reconduire à l’avenir d’autres initiatives artistiques dans le tram ?

Oui bilan positif ! Nous espérons pouvoir reconduire cette opération chaque année aux côtés de nos partenaires culturels. Toujours à l’occasion des Journées du patrimoine si possible, pour marquer l’événement. C’est important toutefois de rappeler que ce type de moment doit conserver un caractère exceptionnel et encadré. Pour leur succès, qui repose précisément sur ce caractère exceptionnel, mais aussi et surtout pour le confort des passagers et leur sécurité, qui restent avant tout la priorité de la CTS.